Aidons les soignants sans revenu qui ont perdu leur travail!

Le collectif Libertés 07 remercie l’ensemble des généreux donateurs qui nous ont permis de collecter la somme de 2750 € et ainsi de pouvoir aider financièrement Claire, Sandrine, Julie, Salomé, Nat et Laure, soignantes suspendues pour cause de non-vaccination ayant demandé notre aide.
C’est pour ces personnes sans revenu depuis le 15/09/2021 une réelle bouffée d’oxygène et une solidarité qui les touche sincèrement.

Pour continuer à AIDER LES SOIGNANTS SANS REVENUS, QUI ONT PERDU LEUR TRAVAIL,

cliquez ici (Cagnotte créée pour aider les soignants suspendus du 07, n’hésitez pas à la faire connaître aux donateurs et bénéficiaires potentiels)

Nous invitons les soignants sans revenus à se rapprocher de notre collectif.

Communiqué de presse des collectifs ardéchois contre les politiques sanitaires (26/10/2021)

Le 26/10/2021. Les garde-à-vues se multiplient au commissariat d’Aubenas suite aux manifestations populaires contre le passe-sanitaire et son monde. Au minimum trois personnes ont été convoquées au commissariat d’Aubenas pour y subir de longues garde-à-vues, parfois toute la journée. Toutes sont reparties avec des convocations au tribunal aux accusations fantaisistes telles que « organisation de manifestation interdite » – alors qu’il n’y a aucun organisateur pour ces manifestations – ou encore « troubles à l’ordre public » pour un père de famille venu pacifiquement avec ses enfants lors d’une manifestation où il ne s’est rien passé.

L’alibi d’empêcher des troubles à l’ordre public qu’utilise la préfecture pour contrevenir au droit de manifester n’est pas légitime. Pour les citoyens contre le passe sanitaire, c’est l’État qui provoque le désordre par des mesures sanitaires injustifiables qui désorganisent à la fois la société et l’économie en vue de nous faire entrer dans un monde de surveillance généralisée. Ce qui se passe politiquement est sans précédent et les citoyens présents dans ces manifestations disent leur inquiétude. Ils appellent la préfecture a un dialogue constructif en vue de mettre un terme à l’autoritarisme de mesures injustes et liberticides ainsi qu’à la répression.

 

Stéphane Lhomme lutte contre le nucléaire, la 5G et le Linky et vient en aide à ceux qui en ont besoin. Il risque d’être placé sous « surveillance électronique » à son domicile « pour une durée allant jusqu’à un an« , pour avoir conservé sur lui quelques dizaines de minutes un compteur Linky afin d’en empêcher la pose forcée et pour refus de prélèvement d’ADN.

Le collectif Libertés 07 s’associe pleinement à la lutte de Stéphane Lhomme

contre les compteurs Linky, pour la défense des libertés de tous.

Le collectif Libertés 07 soutient Stéphane Lhomme et invite à se mobiliser

pour défendre, à travers lui, les valeurs de liberté et de justice, contre les

pratiques indignes d’ENEDIS et de ses sous-traitants, contre toutes les

tendances au totalitarisme et notamment via le numérique.

En conséquence, nous invitons à se rassembler le 6 septembre à 8h45 devant

le TGI de Bordeaux et surtout le mardi 30 novembre à 14h30, toujours devant

le TGI de Bordeaux, 30 rue des Frères Bonie.

Lire ci-dessous pour plus d’information sur les risques pour Stéphane Lhomme, d’être placé sous

« surveillance électronique » à mon domicile « pour une durée allant jusqu’à un an« , pour avoir

conservé sur lui quelques dizaines de minutes un compteur Linky pour en empêcher la pose

forcée et pour refus de prélèvement d’ADN.

1er courriel de Stéphane Lhomme :

Ce jour vendredi 2 juillet 2021, à 9 heures, je suis convoqué à Bordeaux par le

Ministère de la « Justice » (Service pénitentiaire d’insertion et de probation) qui entend

vérifier la possibilité de me placer sous « surveillance électronique » à mon domicile

« pour une durée allant jusqu’à un an« . Je ne me rendrai pas à cette convocation (cf

explications ci-dessous).

 

Lundi 6 septembre 2021, à 9 heures, je suis convoqué au Tribunal judiciaire de

Bordeaux « en vue d’une comparution sur reconnaissance préalable de

culpabilité« , proposition indécente que je refuserai (cf explications ci-dessous).

 

Mardi 30 novembre 2021, à 15 heures, je suis convoqué au Tribunal judiciaire de

Bordeaux pour un procès en cas de refus de  » reconnaissance préalable de culpabilité »

de ma part le 6 septembre (ce qui sera effectivement le cas).

 

En tant que citoyen libre et digne, je tiens à affirmer que :

 

1) je refuse catégoriquement d’être soumis à une dégradante « surveillance

électronique », et ce d’autant que je suis poursuivi dans le cadre de mon combat

contre la société du « tout connecté », de la surveillance généralisée des citoyens de

façon générale et en particulier par le déploiement de compteurs électriques (mais

aussi de gaz et d’eau) communicants, les fameux compteurs mouchards « Linky ». De

fait, je ne me rendrai pas ce jour à la convocation de la Justice pour mon éventuelle

« détention à domicile » par bracelet électronique. De la même façon, je refuse

évidemment tout prélèvement de mon ADN.

 

2) il est hors de question que je reconnaisse la moindre « culpabilité » pour avoir

tenté de protéger une habitante de ma commune victime des agissements d’Enedis et

de ses sous-traitants dans le cadre du programme de déploiement des compteurs

Linky.

 

3) j’attends au contraire de la Justice des félicitations et encouragements pour

la remplacer bénévolement depuis plus de 5 ans en conseillant et encourageant les

citoyens de ce pays à faire valoir leurs droits (en l’occurrence la possibilité

parfaitement légale de conserver son compteur ordinaire) et à résister aux exactions

d’Enedis et de ses sous-traitants qui, eux, malgré leurs nombreux et graves délits, ne

sont jamais poursuivis par la « Justice ».

 

Résumé de l’affaire 

Le 3 novembre 2020, j’ai été appelé en urgence par une habitante de ma commune,

confrontée à des sous-traitants d’Enedis qui tentaient de lui imposer un

compteur électrique communicant Linky. Dès mon arrivée en vélo sur les lieux,

les sous-traitants ont appelé la gendarmerie. J’ai engagé des discussions et j’ai profité

d’un instant de distraction de la part des sous-traitants pour subtiliser le Linky

qu’ils entendaient imposer à cette dame.

A ce moment précis, j’ai reçu un appel d’un autre habitant de la commune, chez lequel

je me suis rendu immédiatement en vélo… avec le Linky sous le bras. J’ai alors reçu

un appel téléphonique des gendarmes, arrivés sur les lieux, me questionnant à propos

de la disparition du Linky. Je leur ai répondu qu’il était en ma possession et que

je revenais sur place pour le leur remettre, ce que j’ai fait immédiatement.

Au final, j’ai donc subtilisé le compteur Linky, pour de très bonnes raisons, pendant

une petite dizaine de minutes, avant de le remettre aux gendarmes. Or, au lieu

d’être félicité pour apporter bénévolement assistance à mes concitoyens, confrontés

au totalitarisme et abandonnés par toutes les institutions de ce pays, je suis au

contraire poursuivi en « Justice ».

 

Morale de l’histoire

 

Ce sont Enedis et ses sous-traitants qui devraient être poursuivis pour, depuis 5

ans, mentir, tromper et intimider la population française, et particulièrement les

personnes âgées, afin de leur imposer des compteurs communicants. Pour

mémoire, les compteurs ordinaires en fonction restent et resteront toujours

légaux, ce qui fait que, malgré toutes les bêtises et mensonges que l’on peut lire ou

entendre ici ou là, les compteurs Linky ne sont pas obligatoires.

 

Le combat contre l’installation des compteurs communicants vise bien sûr à

dénoncer tous les méfaits de ces programmes – destruction de millions de

compteurs en parfait état de marche, augmentations brutales et inexpliquées des

factures, surcoûts gigantesques payés par les usagers, dysfonctionnements divers,

mise en danger de la population (incendies, ondes), etc – mais aussi, et surtout,

à résister à la mise en place d’un monde totalitaire « tout connecté ».

 

La dictature numérique qui nous est imposée à marche forcée est hélas la plus

« parfaite » et la plus implacable qu’il soit, qu’il s’agisse des compteurs communicants,

de la 5G, des caméras à reconnaissance faciale, de la captation et la conservation à

jamais d’innombrables données sur la vie privée de chaque citoyen, etc.

 

L’instrumentalisation de la « Justice » pour réprimer les opposants à ces

programmes n’est qu’un avant goût de ce qui nous attend. Je ne sais si cela

servira à quelque chose mais, lors de cette procédure en « Justice » et par la suite, je ne

me priverai en aucun cas de dénoncer le totalitarisme du monde « tout connecté »

dans lequel on veut nous enfermer à

jamais…

Ci-dessous le 2e courriel de S.LHOMME qui fait suite au précédent :

Re-bonjour à toutes et tous,

merci infiniment pour tous les messages d’encouragement. Voici quelques réponses

aux questions qui me sont posées:

– mon communiqué de ce matin est en ligne ici :
http://refus.linky.gazpar.free.fr/proces-vol-linky.htm

– pour diffuser et rediffuser, il y a un lien sur Twitter :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/1410897707712061441

– oui j’ai un bon avocat, en Gironde, il va me défendre à un prix militant, on verra plus tard, il n’y a pas besoin à ce jour de faire une cagnotte…

– des communiqués des Collectifs, Associations et autres en direction de tous les médias possibles sont les bienvenus : moins une affaire est « clandestine », moins les militants peuvent être facilement réprimés.

– il n’y a rien d’autre à faire concrètement pour le moment, il faut attendre les procès du 6 septembre et surtout celui du 30 novembre.

– il faut d’abord passer par la justice nationale avant, si nécessaire, de « monter » au niveau européen

Mobilisation : cela me gênerait que certains d’entre vous parcourent de grandes distances et/ou dépensent de l’argent. Mais il serait toutefois utile de faire, si des gens sont disponibles bien sûr, et pas trop éloignés de Bordeaux :

– un rassemblement le 6 septembre à 8h45 devant le TGI de Bordeaux. L’audience sera courte, je refuserai de me reconnaître moi-même comme coupable (et puis quoi encore !)

– un rassemblement plus conséquent le mardi 30 novembre à 14h30 pour le vrai procès, toujours devant le TGI de Bordeaux, 30 rue des Frères Bonie.

Merci d’avance…

Notez bien qu’il ne s’agit pas de s’appesantir sur mon cas individuel mais de profiter de cette audience pour contre-attaquer et dénoncer les méthodes d’Enedis et de ses sous-traitants, les programmes de compteurs communicants et plus généralement la société numérique totalitaire qui se met en place à marche forcée.

Merci encore à toutes et tous, résistons encore et encore !

Stéphane

Could mRNA Vaccines Permanently Alter DNA?

Recent Science Suggests They Might.

 

Lire l’article en cliquant ICI.

 

Interview de Louis Fouché dans Nexus (01/02- 2021

LOUIS FOUCHE_Interview NEXUS_Janv.2021 – photo

 

Cette interview est publiée par Nexus.